Accès membre

Accès membre

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Changements importants pour 2019 dans la classification des bitumes

L’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec tient à vous aviser des changements importants apportés par le Ministère des transports du Québec (MTQ) à ses documents contractuels et d’ingénierie relativement à la classification des bitumes, lesquels entreront en vigueur administrativement dès décembre 2018. Conséquemment, en vue de la prochaine saison de pose d’enrobé bitumineux, nous invitons les donneurs d’ouvrage municipaux, en parallèle aux efforts déployés par le MTQ, à se mobiliser pour assurer une transition efficace du nouveau système de classification des bitumes, principalement via la modification de leur devis technique.
Partenaire des donneurs d’ouvrage dans la modernisation du Québec depuis 1944, l’ACRGTQ représente la majorité des entrepreneurs du secteur de la construction de routes, du génie civil et de grands travaux ainsi que des fabricants et installateurs d’enrobé bitumineux. L’ACRGTQ est également la représentante attitrée de plus de 2 600 entreprises du secteur génie civil et voirie dans le cadre de l’application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’oeuvre dans l’industrie de la construction (Loi R-20).

D’entrée de jeu, il faut savoir que le système de classification actuel des bitumes est basé sur la norme AASHTO M320, plus connu sous le nom de « Superpave Performance Grading (PG) » qui permet d’évaluer les caractéristiques rhéologiques des bitumes ainsi que leurs performances aux températures de service. On parle ici respectivement du comportement à la déformation ainsi que de la susceptibilité thermique du bitume à haute (H) et basse température (L). On connaîtra alors le grade de performance (PG) du bitume et il sera classé sous la nomenclature « PG H-L », tel que le bitume de type PG 58-34, le plus couramment utilisé sur le réseau québécois des chaussées revêtues d’enrobé bitumineux. Or, les procédures, les spécifications et les conditions de réalisation de ces tests étant très variables entre les différents ministères et départements de transport, sans compter que la corrélation entre les résultats et la performance des enrobés bitumineux s’est révélée faible, la caractérisation des bitumes devait être revue.

En réponse à cette problématique, le MTQ implantera très prochainement dans sa norme « 4101- Bitumes » le système de classification basé sur l’essai MSCR, soit le « Multiple-Stress Creep-Recovery ». Mentionnons que plusieurs états du Nord-Est et du centre des États-Unis ont adopté l’essai MSCR et le système de classification « AASHTO M332 » qui y est associé. À ce sujet, l’objectif poursuivi par le Ministère en implantant ce nouveau système est de retarder l’apparition et réduire la gravité des ornières de fluage sur le réseau routier sous sa gestion, qui est, mentionnons-le, de plus en plus sollicité par le trafic routier.

De fait, la méthode MSCR vise à corriger certaines lacunes du système actuel « PG » et mieux classifier les bitumes selon leur aptitude à résister aux déformations permanentes, soit leur comportement à l’orniérage, et par le fait même de mieux sélectionner ceux-ci selon leur usage. De plus, l’essai pourrait mieux et plus rapidement détecter la présence de polymère, soit un élément clé quant aux comportements recherchés des bitumes et la performance des chaussées. Il en résulte donc que les donneurs d’ouvrage ayant fait ladite transition auront de meilleurs bitumes et des chaussées plus durables.

Dans le même ordre d’idées, la principale différence dans cette nouvelle classification touche la façon dont on classe l’extrémité supérieure des bitumes pour tenir compte de l’agressivité du trafic sans pour autant changer la température basse. Les différents niveaux de sollicitation sont exprimés au moyen d’un indice N, soit une lettre (S, H, V ou E) placée après le PG à température élevée. On parle ici de « S » pour circulation standard, de « H » pour circulation intense, de « V » pour circulation très intense et de « E » pour circulation extrêmement intense. À titre d’exemple, le PG 58-34 actuel sera remplacé par son équivalent MSCR, soit le PG 58H-34.

De même, il faut savoir que les changements apportés par le Ministère dans leurs spécifications transcendent le volet administratif des contrats. De fait, puisque le MTQ est le principal consommateur en liant bitumineux au Québec, l’industrie du bitume n’a d’autres choix que d’adapter son offre à la demande, à savoir abandonner, du moins, réduire considérablement les volumes de bitumes formulés selon la nomenclature de l’AASHTO M320 et ce, au profit des bitumes nouvellement formulés selon l’AASHTO M322. Dans ce contexte, il faut savoir qu’une mixité du marché des anciens bitumes avec les nouveaux entraînera inutilement des problèmes importants au niveau de la logistique de stockage en réservoir à l’usine d’enrobage.

Par ailleurs, étant donné que les prix des bitumes affichés mensuellement sur le Système électronique d’appel d’offres (SEAO) découlent des contrats d'approvisionnement du MTQ, il va de soi qu’en 2019, seuls les bitumes classés MSCR seront rendus disponibles. Conséquemment, il n’y aura plus de prix de références pour exercer la clause d’ajustement du prix du bitume si celle-ci n’a pas été adaptée selon les nouvelles spécifications. Dans ces conditions, il est essentiel que les documents contractuels et d’ingénierie de votre municipalité soient adaptés dès maintenant, à défaut de quoi il faudra s’attendre à des problèmes en cours d’exécution des projets, entre autres, du fait que les anciens bitumes ne seront plus, ou que très peu disponibles.

Par la présente, l’ACRGTQ souhaite que les chaussée revêtues de votre réseau puissent, au profit de vos citoyens, avoir une plus grande pérennité et ce, via l’utilisation des nouveaux bitumes classés selon l’essai MSCR. Par le fait même, l’industrie pourra profiter de documents contractuels sans ambiguïté, permettant à tous les compétiteurs de travailler sur un même pied d'égalité et réduisant ainsi le risque de différends lors des travaux.

Enfin, pour votre information, nous vous référons à l’article du MTQ, paru dans la revue Via Bitume de juillet 2018 (p.8-12) qui explicite les tenants et aboutissants de ces changements importants, lequel est disponible suivant ce lien : Sélection des bitumes basée sur la classification MSCR. De plus, si vous le désirez, le site internet de Bitume Québec (www.bitumequebec.ca), à l’onglet « MSCR 2019 » propose divers addendas qui peuvent être intégrés dans vos devis.